Start-ups

Levées de fonds : Les start-ups françaises en retard face au reste de l’Europe

Le fonds britannique Atomico a publié le 30 novembre dernier des résultats d’étude sur le dynamisme européen au niveau des start-ups. Il l’a fait dans le cadre du lancement de l’événement Slush 2017. En matière de levées de fonds pour les jeunes pousses, la France se trouve très loin derrière le Royaume-Uni, le meneur dans ce domaine.

Ailleurs sur Info-Digitale, on vous montre aussi l’importance d’un compte professionnel Instagram pour entreprise. Suivez le lien !

Start-ups

19 milliards de fonds recueillis en Europe

Le fonds d’investissement anglais, Atomico, a donc profité de l’ouverture de Slush, l’événement organisé à Helsinki, en Finlande, le 30 novembre dernier, pour profiter de sortir l’étude State of european Tech 2017. Il s’agit d’un constat de l’écosystème des start-ups en Europe.

Cette étude a révélé que les investisseurs semblent adorer l’Europe en ce moment. En effet, les start-ups européennes ont pu enregistrer 19 milliards de dollars de levées de fonds en 2017. C’est bien supérieur au-delà des 14,4 milliards de dollars en 2016. Cette année, il y a eu plus de 50 fonds levés d’une valeur de plus de 50 millions de dollars par rapport à 43 uniquement en 2016.

Le très sélect club Licornes intègre désormais 41 start-ups européennes. Parmi elles, il y a l’e-commerce néerlandais PicNic qui vient de lever 110 millions de dollars et l’Uber espagnol avec un financement de 100 millions de dollars. Parmi les derniers membres, il y a aussi le site britannique immobilier entre particuliers PurpleBricks, l’éditeur d’Angry Bird (Rovio en Finlande) et Outfit 7 en Slovénie.

Dans ce domaine, le Royaume-Uni se trouve en tête avec un fonds levé de 5,4 milliards de dollars par ses strat-ups, contre 2,5 pour l’Allemagne et 2,1 pour la France. Beaucoup de cet argent est versé dans le domaine du « deep tech » incluant les drones, la nanotechnologie, la machine learning, l’intelligence artificielle, etc. Le deep Tech, c’est 3,5 milliards de dollars de levée de fonds en 2015 contre 1,33 en 2011. Ici, la France se trouve juste après le Royaume-Uni avec ses quelque 509 millions de dollars récoltés cette année.

Start-ups

Levées de fonds en Europe : À la recherche des meilleurs développeurs

Toujours à propos du deep Tech, les start-ups européens s’arrachent les développeurs en ce moment. S’il y a quelque temps c’étaient les comptables start-up qui avaient la côte, désormais les grosses compagnies et les start-ups se les arrachent quitte à proposer un salaire plus important. L’Europe regroupe actuellement 5,5 millions de développeurs contre 4,4 aux États-Unis selon l’institut Stack Overflow Insights.

La plupart de ces développeurs travaillent à Londres en ce moment, soit 303 594 d’entre eux. En outre, cette ville est la plus à même de les attirer. Elle se positionne bien loin devant Paris, avec uniquement 181 659 et Madrid (104 102 développeurs).

Si le Royaume-Uni est la destination préférée de ces profils, les Pays-Bas, la France et l’Allemagne se battent pour accueillir le reste de ces talents. Chacun établit une stratégie pour les attirer et le retenir. C’est ce qu’a expliqué Tom Wehmeier, le partenaire d’Atomico qui a réalisé cette étude.

Berlin gagne la bataille dans cet acharnement au recrutement avec un salaire annuel de 59 700 dollars. Londres propose 54 800 dollars et Paris seulement 50 600 dollars.

Start-ups

Post Author: Tsiori - Info Digitale

Entrepreneur depuis 2014 et passionné par le SEO, les nouvelles technologies et l'informatique en général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *