Windows Server 2019

Windows Server 2019, meilleur support des scénarios de cloud hybride

Grâce à Windows Server 2019, Microsoft arrive à mieux supporter les scénarios de cloud hybride. Et ce, pour satisfaire le besoin progressif de la clientèle qui combine les environnements on-premises et cloud. En septembre 2017, Microsoft avait évoqué une préversion technologique de son programme Honolulu.

C’est une interface Web pour gérer Windows et Windows Server. Cela a pour but de faciliter la connexion des déploiements disponibles de Windows Server aux prestations Azure. Via le programme Honolulu, Windows Server 2019 va simplifier la connexion des logiciels sur site aux prestations Azure. Parmi les exemples des serveurs Azure, on retrouve Azure Backup, Azure File Sync. Cette reprise est bien plus importante qu’une simple reprise après défaite.

De nouvelles propriétés de sécurité

Windows Server 2019 est également muni de nouvelles propriétés de sécurité pour la protection des utilisateurs. Ces propriétés permettent de détecter et de riposter contre d’éventuels risques. Pour la protection des utilisateurs, Microsoft avait déjà créé des Shielded VM ou appareils virtuels blindés dans Windows Server 2016. Selon le géant du logiciel, sa clientèle a été enthousiasmée par la réception de ces appareils virtuels.

Windows Server 2019

À titre informatif, une Shielded VM sous Windows Server 2016 est un appareil virtuel Hyper-V. Les choix de sécurité s’activent de façon automatique mais sont désactivables. Cette procédure a été adoptée pour échapper à n’importe quel accès illicite ou tromperie. Ces choix se composent en fait, d’un lancement sécurisé, d’un module de plateforme sécurisée ou TPM virtuel. Ils sont aussi constitués d’un chiffrement BitLocker et une prestation Host Guardian. Cette dernière a été créée pour garantir la sécurité des données des appareils virtuels se trouvant dans l’hyperviseur.

Prise en charge des appareils virtuels Linux

Avec Windows Server 2019, les appareils virtuels Linux sont dorénavant pris en charge par les appareils virtuels blindés. Microsoft élargit aussi son dispositif VMConnect pour optimiser le dépannage des appareils virtuels blindés. Ce service est dédié au Windows Server ainsi que Linux. Il procure un dispositif pour faciliter le chiffrage des segments de réseau par les administrateurs.

Toujours à propos de la sécurité, Microsoft ajoute Windows Defender Advanced Threat Protection ou ATP dans Windows Server 2019. Microsoft dévoile que son dispositif donne une protection préventive. Ce même dispositif découvre les attaques et probablement des prouesses zero-day. En effet, ces propriétés sont offertes.

Windows Server 2019

Des optimisations apportées aux Windows Server et au Linux

Selon les développeurs, Windows Server 2019 amène des optimisations aux conteneurs Windows Server et au sous-système Linux de Windows ou WSL. À partir de l’apparition des conteneurs dans Windows Server 2016, Microsoft affirme qu’une énorme dynamique a été constatée dans leur adoption. Cette dynamique s’accompagne de dizaines de millions d’images téléchargées via le Docker Hub. Quelques-uns ont néanmoins sollicité une taille d’image de conteneur plus petite.

D’après Microsoft également, cette diminution de la taille d’image est très utile. En effet, elle perfectionne beaucoup l’expérience des développeurs et des professionnels employant les conteneurs. À travers Windows Server 2019, Microsoft s’est par conséquent donné comme but de diminuer l’image du conteneur de base Server Core au tiers. Et ce, en se référant à sa taille actuelle de 5 Go. Selon l’entreprise de Redmond, cela va diminuer de 72 % le temps de téléchargement de l’image en plus d’améliorer le temps de développement et les performances.

Windows Server 2019

Encore plus d’options dans Windows Server 2019

Il faut noter également que, dans Windows Server 2019, plus d’options sont sorties pour l’arrangement des déploiements de conteneurs Windows Server. Le support de Kubernetes est effectivement en mouture bêta en ce moment. Et via Windows Server 2019, Microsoft va amener d’importantes optimisations. Celles-ci vont se porter sur les éléments de calcul, de stockage et de mise en réseau d’un cluster Kubernetes. Notons que Microsoft projette encore des projets relatifs à l’amélioration de WSL dans la nouvelle version de son OS serveur.

Windows Server 2019

Post Author: Tsiori - Info Digitale

Entrepreneur depuis 2014 et passionné par le SEO, les nouvelles technologies et l'informatique en général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *