Tesla

Tesla sur la bonne route pour compléter son code du logiciel Linux

Si vous êtes fan des voitures Tesla, sachez qu’elles sont alimentées par des batteries et un logiciel open source. Toutefois, comme la marque ne respecte pas les conditions des licences, elle ne délivre alors qu’une partie de son code source Linux pour certaines de ses versions. Les modèles S et X sont particulièrement concernés. Tour d’horizon.

Tesla, obligé de respecter les restrictions du GPLv2

Très bientôt, Tesla va publier un code open source en supplément pour les autres systèmes de ses véhicules. Selon la marque « nous travaillons à présent sur la préparation des sources dans d’autres domaines, et  sur la création d’une page d’infos beaucoup plus coordonnée.

Nous tenons à vous informer de la manière dont ce contenu est désormais accessible, alors que le travail se poursuit ailleurs ». Le chef d’entreprise  met aussi à jour son code ainsi que son logiciel. Cependant, il est impossible de créer pour son engin ses propres binaires Tesla.  Il manque encore des fichiers et instructions au code source.

Tesla

Par ailleurs, Tesla, en voulant publier suivant les restrictions du GPLv2, la version 2 de General Public License de Linux, a commencé à travailler avec SFC (Software freedom Conservancy).

SFC avec l’aide d’autres groupes de protection des licences open source collabore avec la marque, histoire de mobiliser les fournisseurs NVIDIA et Parrot à vouloir publier des solutions complètes CCS, c’est-à-dire, qui correspondent aux binaires GPL du model S. Le fabricant de voitures électriques a également fourni à la Conservancy de nombreuses séries de CCS.

La première étape avant de compléter les versions du code source

Le SFC de Tesla a fait le point sur les versions du code source et  a par la suite fait des commentaires techniques comme quoi les sources doivent atteindre la conformité.  Il explique comment y parvenir et pourquoi les obligations des licences open source ne sont pas respectées.  À vrai dire, les exigences de la GPL ne sont pas satisfaites.

Tesla

Kuhn et Sandler, les responsables du SFC stipulent que « cette partie du processus est la plus longue et la plus difficile de la mise en application de la GPL. Nous souhaitons souvent célébrer le triomphe du passage d’une violation pour absence de sources à l’étape suivante, de ‘sources fournies incomplètes’. Cependant, nous ne pouvons pas non plus perdre de vue le fait que la conformité implique la satisfaction à toutes les exigences de la GPL. Nous ne voulons pas véhiculer de faux espoirs avec une mise à jour incomplète. La liberté de l’utilisateur doit rester la première préoccupation dans nos efforts. »

En dépit de toutes les lacunes, on pu remarquer que Tesla a mieux développé les logiciels open source. La marque a fait de très grands progrès ! Le CSS qu’elle a produit est loin d’être complet, mais quand même, il est tout à fait correct. De cette évolution, l’ensemble de la communauté SFC pense que la marque mérite qu’on lui oriente vers le processus de conformité à la GPL.

Très bientôt, les conducteurs de véhicules Tesla ne risque plus d’être frustrés par le ralentissement de la mise en conformité avec la GPL ! Mais avant cela, ils doivent faire preuve de patience.

Tesla

Post Author: Tsiori - Info Digitale

Entrepreneur depuis 2014 et passionné par le SEO, les nouvelles technologies et l'informatique en général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *