robots

Quand les robots prennent la place de l’homme… Une menace pour?

Les robots et l’intelligence artificielle (IA) ne vont pas détruire des emplois en masse selon les propos de l’économiste Robert Atkinson. Ce dernier est en fait le créateur et à la tête de l’ITIF ou Information Technologye and Innovation Foundation. Cette fondation se penche sur la question de l’automatisation de l’emploi depuis 5 ans déjà et traite exclusivement de la technologie et de l’innovation.

47 % des emplois peuvent être automatisés

De nombreuses études menées par des « technologues » américains estiment que 47% des emplois actuels peuvent facilement être automatisés. Ils estiment également que près de la moitié des métiers qui existent actuellement risquent de disparaître d’ici 20 ans. Ils associent à ce phénomène l’avènement des robots et de l’intelligence artificielle.

De par le passé, l’automatisation a toujours été corrélée à une amélioration de la productivité et le décroissement du taux de chômage. Au contraire, quand la productivité diminue, le taux de chômage augmente. Jusqu’ici la plus grosse perte d’emploi liée à la technologie a été au moment de passer de l’agriculture à l’ère industrielle, au 19e siècle.

robots

L’utopie des technologues ne verra pas le jour d’ici peu

Les technologues qui sortent une telle affirmation omettent parfois certains détails importants dans leurs études. Avant tout, ces technologues semblent ignorer qu’il n’y a pas de nombres précis d’emplois. Il n’y en a jamais eu, puisque des métiers se forment et d’autres disparaissent continuellement. Ceux qui perdent leurs emplois peuvent grossir le rang d’autres métiers existants ou en former d’autres.

De même, ils ont juste considéré l’aspect répétitif des tâches et oublié de mesurer d’autres dimensions. Les technologues semblent rêver à un monde dominé par l’intelligence artificielle. Une maison de Haute Couture voudrait-elle de robots pour présenter une nouvelle collection de plusieurs centaines de milliers d’euros ? Un algorithme arrivera-t-il à conduire une voiture tard le soir, en plein hiver, dans une région enneigée ? Selon l’avais des experts, la robotisation ne semble pas être une menace inquiétante actuellement. Au pire, l’externalisation est en cours de changer les points de vue, mais l’IA n’est pas encore prête à substituer totalement l’Homme dans les processus métier.

robots

L’impact des chocs technologiques sur les inégalités d’emploi

Les avancées technologiques actuelles semblent vouloir effacer les inégalités d’emploi. Si auparavant, elles concernaient uniquement les métiers moyennement qualifiés et rémunérés, désormais, elles touchent aussi les fonctions hautement qualifiées et les métiers aux tâches ingrates. Presque tous les emplois bénéficieront donc des impacts positifs de l’automatisation. D’ici peu, les 30 % d’Européens surqualifiés pourront travailler dans un métier en concordance avec leur niveau de compétences. Il en va de même pour les 20 % d’Américains qui se trouvent dans le même cas. C’est-à-dire, des personnes qui occupent un poste en dessous de leurs qualifications.

Lire aussi : Les différents aspects du marketing digital et traditionnel

Comment mieux faire face aux changements apportés par les robots et l’IA ?

robots

Pour Robert Atkinson, il faut savoir suivre les changements grâce à l’apprentissage par exemple. Celui-ci doit évoluer rapidement vers les MOOCs entre autres (formation en ligne ouverte à tous) pour l’enseignement supérieur. Par conséquent, les universités doivent être plus comme un lieu d’apprentissage et non d’obtention de diplômes uniquement. Les Allemands ont déjà dérivé vers un mode d’apprentissage participatif où toutes les entreprises doivent volontairement adhérer pour ne pas être exclues du système.

Post Author: Tsiori - Info Digitale

Entrepreneur depuis 2014 et passionné par le SEO, les nouvelles technologies et l'informatique en général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *