Big Data

Marseille veut utiliser le Big Data pour consolider la sécurité

On est encore vraiment loin d’avoir épuisé toutes les ressources offertes par le Big Data. En effet, la ville de Marseille souhaite utiliser les données informatiques pour le renforcement de sa sécurité. C’est la première ville française à vouloir le faire et cela soulève de nombreuses questions. Est-ce une prouesse technologique ou serait-ce plutôt une atteinte à la liberté individuelle ? Va-t-elle donc surveiller tout le monde à la manière du Big Brother ?

Une première en Europe ?

Marseille veut faire du Big Data un outil de sécurité surpuissant pour améliorer la sécurité de la ville. Ce sera une toute première en France, peut-être même dans toute l’Europe. Le projet sera lancé au premier trimestre de l’année à venir. Son ambition est de se servir des informations numériques dans le but de donner une ville plus sûre aux Marseillais. En outre, ces données seront analysées dans un but de prévention également. Pour ce faire, elle dédiera une plateforme de technologie pour une analyse optimale de cette tonne d’informations. Le tout est dirigé par Caroline Pozmentier, l’Adjointe déléguée à la sécurité publique et à la prévention de la délinquance de Marseille.

Big Data

Big Data : Un outil d’anticipation

Le Big Data servira plutôt comme un outil de prédiction dans ce projet marseillais. Ainsi, à l’approche d’un grand événement sportif par exemple, les données recueillies pourraient permettre à la municipalité de définir le nombre de forces de l’ordre à enrôler dépendamment du danger potentiel analysé. Ce serait aussi un outil d’aide à la prise de décision lors d’une situation critique.

Pour y arriver, Marseille compte sur ses mains courantes déjà en place actuellement incluant les caméras de la RTM et différentes caméras de surveillances réparties un peu partout dans la ville. Elle compte également mettre en place des capteurs sonores afin de mieux combiner les données enregistrées pour éviter les comportements punissables par la loi.

Big Data

Une décision problématique

Si cela sonne très prometteur de la bouche de Caroline Pozmentier, tout le monde ne l’entend pas de la même oreille. Selon les informations recueillies par Info Digitale Site, l’avocat spécialisé en droit numérique, Thierry Vallat, estime que ce projet est une vraie catastrophe en ce qui concerne les informations personnelles. Cela réduit la liberté de chacun selon lui, car l’État/la municipalité traquera chaque fait et geste et chaque conversation en permanence. C’est une pure intrusion dans l’intimité de chacun.

Marseille a confié sa mise en place par Engie Ineo. Ce projet coûtera au final 1,5 million d’euros avec un finanencement à hauteur de 600 000 euros par l’Union européenne. Seul un petit groupe de personnes issues de la Mairie aura accès à l’ensemble des informations récoltées. Marseille deviendra donc une ville panoptique, ayant les yeux et les oreilles sur tout le monde.

Big Data

Une nouvelle loi européenne déjà prévue

Caroline Pozmentier rassure tout de même que les données seront toutes anonymes. Elle est même personnellement concernée par l’enjeu de la protection des données privées selon ses dires. Mais le public s’inquiète concernant les récentes fuites de données ici et là à l’image des failles Wifi WPa2 et autres. En outre, chaque Marseillais inquiet peut toujours se référer à la CNIL. Heureusement aussi qu’en 2018, une nouvelle loi européenne renforcera la protection des données privées.

Post Author: Tsiori - Info Digitale

Entrepreneur depuis 2014 et passionné par le SEO, les nouvelles technologies et l'informatique en général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *