Chrome OS

Chrome OS de Google sera bientôt compatible avec les applications Linux

Chrome OS, un système d’exploitation développé par Google, a pour but de se consacrer sur les applications web seulement. La spécificité de ce système d’exploitation c’est qu’il n’est compatible qu’avec des appareils inventés par Google et ses collaborateurs accrédités.

Chrome OS : présentation de l’application

Sortie depuis 2011, Chrome est classée parmi les fonctionnalités « forks » de la distribution GNU/Linux Gnetoo. Néanmoins, des dispositifs officiels pour mettre en place les meilleures applications Linux n’étaient pas encore sorties. Et ce, même si ce système d’exploitation soit une ramification de Linux. Une des mesures prises par les utilisateurs pour s’approprier le système est l’utilisation de Crouton ou ChRonium Os Universal chrooT envirONment.

Chrome OS

C’est un ensemble de scripts rassemblés sous l’apparence d’un générateur de chroot Chronium, simple à utiliser. Par rapport à la virtualisation, les chroots donnent au système d’exploitation hôte, leur propre système de fichiers séparés. Cela permet aux applications de fonctionner dans un environnement binaire, autre que celui du système d’exploitation invité. A l’opposé de la virtualisation, vous ne lancerez pas un second système d’exploitation. Le système d’exploitation hôte s’exécute par contre grâce au système Chronium OS.

Ses fonctionnalités

A partir du mois d’octobre 2017, Windows 10 a pu utiliser un sous-système Linux. Chrome OS pourra également lancer des applications linux prochainement, mais avec une meilleure version. Le système de Google pourra aussi recevoir des applications avec interface graphique. A l’inverse de celui du Microsoft, qui n’adhère que des logiciels en ligne de commande.

Chrome OS

D’après le site Chrome Unboxed, cette nouvelle fonction est en phase de développement. Ce site a repéré dans les récentes évolutions de Chronium, l’intégration de « Crostini ». C’est un projet qui permet de faire fonctionner des appareils virtuels linux sur Chrome OS. Avec la date de sortie prévue en avril 2017, cette nouvelle fonction devrait débarquer avec la mouture Chrome OS 66. Parmi l’un des fichiers du système, il est réellement mentionné « supported on Chrome OS 66 ». Vous pouvez ainsi deviner que Google fera une déclaration officielle du projet Crostini lors de Google I/O. Cette conférence se déroulera du mardi 08 mai au jeudi 10 mai de cette année.

Ses atouts

D’après les développeurs du projet, l’atout avec une solution pareille c’est que les capacités du matériel ne souffrent pas du tout. Tout marche en effet naturellement. Les RAM ne sont pas gâchées pour exécuter deux systèmes d’exploitation simultanément. Vous devez par contre démarrer le vrai chroot pour votre machine. Le logiciel doit être branché au noyau de Chronium OS.

Chrome OS

Les capacités machines sont mystérieusement attachées entre le système d’exploitation Chronium OS et le système d’exploitation hôte. Cela veut dire que si le chroot ne peut pas avoir accès aux fichiers en dehors de son champ de vision, il peut parcourir vos périphériques matériels. Y compris la totalité du contenu de l’espace de stockage. Une prouesse root dans votre système d’exploitation hôte ouvrira incontestablement une voie au reste de Chronium OS. Et l’ensemble forme une fonctionnalité « fork » de Chrome OS.

Crostini : un crouton perfectionné

Le terme « Crostini » qui décrit une tranche de pain grillé remplie de jambon, de légumes, ou de mozzarella, n’est pas dû au hasard. Il se réfère en effet au projet open source « Crouton ». Ce projet permet vraiment de faire fonctionner un système Linux sur Chrome OS. Il s’agit d’un « hack » intensément adoré par les développeurs et autres amateurs de logiciels libres. Le souci est que cet usage a besoin que Chrome OS soit en mode développeur.

Or, ceci fait diminuer le degré de sécurité sur Linux. C’est regrettable, puisque c’est l’un des plus grands avantages de cette plateforme. Avec Crostini, vous avez le best des deux univers. Vous pouvez démarrer des applications Linux tout en sauvegardant la sécurité générale du système.

Chrome OS

Crostini devrait ainsi se montrer plus délicieux que Crouton. Cette innovation devrait être beaucoup adorée par les développeurs et amateurs de logiciels libres. C’est une partie de la population que Google cherche réellement à séduire. N’importe quelle application Linux pourra-t-elle fonctionner sur Google OS ? Ou, seront-elles filtrées sur le champ par Google ? A part les applications, pourrez-vous lancer des systèmes Linux complets ? Il faut sans doute patienter jusqu’à la conférence Google I/O afin de le déterminer !

Post Author: Tsiori - Info Digitale

Entrepreneur depuis 2014 et passionné par le SEO, les nouvelles technologies et l'informatique en général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *